biographie

Jordan est artiste musicien multi-instrumentiste originaire de Chalon-sur-Saône en Bourgogne. Dernier d’une fratrie de musicien, il grandit bercé par l’accordéon de son père et le piano de ses sœurs. De la musique, il y en avait partout dans la maison, des instruments aussi. D’abord un djembé, un harmonica, puis une guitare et un synthétiseur viennent petit à petit meubler sa chambre d’adolescent. C’est tout naturellement que Jordan devient touche à tout, à la fois émerveillé par la puissance et la profondeur des percussions, la richesse harmonique des cordes et l’élégance des claviers.

Jordan a été formé à l’école de musique Drigon où il étudiera d’abord le synthétiseur puis le xylophone. Mais c’est sa guitare qui le mènera directement sur scène dès l’âge de 13 ans où il commencera à se produire dans les cafés et les festivals notamment avec sa grande sœur.

Depuis, il a gardé intacte la joie de jouer en groupe et a toujours navigué entre de nombreux projets musicaux. Une fois le Bac en poche, Jordan poursuit ses études de management culturel à Chambéry en Savoie. Il continue à jouer sur différentes scènes et rencontre dans ce contexte celui qui deviendra son père musical et spirituel. C’est le musicien poète camerounais Ricky James Fotso Guifo, avec lequel il formera par la suite le duo Père & Fils – Hakuna Matata.

Les études menées à terme sans grande conviction, Jordan décide de prolonger son cursus à l’étranger. Il vivra une année en Roumanie, puis une autre en Espagne d’où il reviendra avec une licence en commerce international.

À son retour, le jeune homme décide de se consacrer uniquement à la musique en intégrant le Conservatoire Régional de Chalon-sur-Saône pour suivre une formation spécialisée dans les Musiques du Monde. C’est à cette époque qu’il s’initie au balafon chromatique, aux timbales et aux congas. Les années passent et la marmite bouillonne. Les rencontres se multiplient, Jordan fréquente alors des milieux musicaux aussi divers que variés. Il vit avec des musiciens de Mayotte, participe aux jam de Jazz Manouche, compose sa musique pour des Cirques et des Théâtres, accompagne des chanteurs de variété, tout en s’initiant aux rythmes Afro-colombiens comme la Cumbia, le Joropo et le Currulao transmis par son professeur Jaime Salazar.

Dans ce tourbillon métissé, il rencontre alors en toute logique de véritables ovnis musicaux qu’il ne quittera plus. À l’image du célèbre musicien de Madagascar Tofa TEL’O’ qui l’initiera aux rythmes endiablés de cette île surnaturelle. De cette fusion humaine naît le projet TEL’O’ Gasy, qui rassemble et mélange les musiques traditionnelles malgaches.

C’est aussi à Chalon-sur-Saône qu’il croise l’énergie folle de la Côte d’Ivoire et son représentant Éric ZAOUROU, avec lequel il monte le collectif de La Bonne Godasse. Aujourd’hui, Jordan évolue également avec le chanteur Emmanuel Pi Djob (A.K.A Emmanuel Djob, The voice) et son groupe AfroSoull Gang qui le transporte sur les routes du monde entier.

Jordan vit aujourd’hui à Lyon dans le quartier de Monplaisir pour mener à bien tous ses projets. Il intègre le groupe Salsabor Taïno (salsa/timba) tout en continuant les dates et les tournées avec ses différents groupes. D’autre part, il continue aussi les animations musicales avec son groupe de Jazz Manouche Moustache Gracias. Conscient de l’importance de transmettre, il exerce en tant que professeur et conférencier pour parler des musiques du monde et de son instrument dans les écoles, les bibliothèques et le milieu associatif.

Diplômé en 2019 au Conservatoire de Chalon-sur-Saône et désormais titulaire d’un DEM en Musiques du Monde, ses recherches ont fait l’objet d’un mémoire intitulé « Le désordre de nos héritages, le Balafon Chromatique au nom du futur, du présent et du passé » qu’il défendra au Festival International du Balafon Chromatique, le fameux Festibalafons, qui se déroula à Abidjan en Côte d’Ivoire pour la 7ème édition dans la fin de l’année 2019.

Jordan Detouillon 2019 - Tous droits réservés - Webdesign Marc CHAPERON

© Crédits photos : Thierry Ducatez, Charlène Machillot, Christ’elle Art Wissen, Nicolas Grandjean